ORIGAMI / GILLES BARON

Créée en 2004, l’association développe essentiellement les projets artistiques du chorégraphe Gilles Baron. Origami élabore un travail au croisement des arts avec pour objectif de rendre accessible la danse, sensibiliser tous les publics à sa pratique et la remettre au cœur de la construction sociale. Gilles Baron embarque les personnes volontaires dans une expérience artistique dont chaque instant, chaque étape est aussi exigeante que le spectacle final. Il développe ainsi une écriture du sensible, un désir de narration entre danse, cirque et théâtre. Il met au centre de son travail le choix de ses interprètes pour évoquer ensemble les fulgurances du corps. Dans cette démarche, il œuvre pour une humanité rassemblée et solidaire qui révèle ces personnalités différentes sans jamais chercher à les transformer. Un projet artistique qui réunit tous ses membres autour d’une volonté commune : faire exister une idée, un texte, révéler un espace.

Après une formation de danseur classique, Gilles Baron suit une carrière d’interprète chez de nombreux chorégraphes : Pierre Doussaint, Serge Ricci, Rainer Behr, Guilherme Botelho, Rui Horta, Emmanuelle Vo-Dinh,… Parallèlement à son travail d’interprète, il développe une démarche chorégraphique et obtient plusieurs prix : 1er prix du Concours International de Danse de la ville de Paris, 1er prix des Concours de Sens (96), Violinine (97) et Pantin (97). Yourgos Loukos directeur de l’Opéra de Lyon et du festival international de danse de Cannes lui commande la pièce Document 01 pour la onzième édition du festival. Il rencontre Marie-Claude Pietragalla pour qui il écrit le solo Document 01 solo et part à ses côtés en tournée à travers le monde. Il crée à Tokyo pour Marie-Claude Pietragalla et son groupe Jardin du ciel. Il chorégraphie également un solo pour Aurélie Dupont danseuse étoile de l’Opéra de Paris. En 1998, Gilles Baron est invité à mettre en scène les travaux de fin d’études des étudiants de L’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny. Cette collaboration sera un moment important dans son parcours de chorégraphe. Du cirque, de cet espace en friche en perpétuelle recherche, il aime conserver le caractère composite et libre. En 2003, il poursuit son travail de fusion des arts et chorégraphie à Polverigie (Italie), Opéra contemporain mêlant les techniques aériennes de cirque et la danse. En 2004, il fonde sa compagnie, plateforme où se croisent danseurs, artistes de cirque, scénographes, vidéastes, architectes. Il nourrit alors une écriture singulière entre abstraction et narration. La « matérialité » de l’espace est pour lui un formidable champ d’expérimentation. Il perçoit l’espace comme une structure dynamique et rythmique, une fréquence vectrice de lien. Ses constructions chorégraphiques semblent être toutes faites d’élévations paradoxales et de gravités contrariées. Les sciences – physiques, humaines ou sociales – innervent alors sa recherche. L’espace-temps, la gravité, la matière tissent plusieurs de ses pièces. Ces dernières créations sont toutes traversées de désir et d’intimité. Il conçoit le corps comme le lieu de l’inconscient et des résonances de nos espérances et de nos peurs intimes. La danse de Gilles Baron procède avant tout d’un engagement : pour lui, les concepts et les théories donnent une imagination au corps qui se traduit concrètement sur scène par des expériences sensibles où font bloc pensée, énergie et matière.

_______________

Retrouvez Origami / Gilles Baron et le spectacle Oli Park sur l’Été métropolitain

Lien vers le site web de la compagnie

Page facebook

Crédit photo : Pierre Planchenault, spectacle Sunny Boom